Contexte

Pratiques d'élevage

Pratiques d'élevage

Santé des animaux

La situation concernant la santé des animaux du Sahara est préoccupante. Chaque année, il y a au moins une épidémie qui dévaste les troupeaux. En général, beaucoup d’animaux meurent avant que tous les acteurs concernés n’aient eu le temps d’apprendre la nouvelle. Toutefois, on remarque un effort de la part des gouvernements pour lancer des campagnes de vaccination contre les maladies les plus dangereuses chaque année. Néanmoins, les prix élevés des vaccins conduisent bon nombre d’éleveurs à se replier sur des traitements par les plantes pour soigner leur troupeau.

Nutrition et santé de l’Homme

La plupart des nutritionnistes s’accordent sur l’importance de la consommation de viande pour les calories qu’elle contient. Manger de la viande est essentiel à la croissance des enfants. La viande leur apporte de l’énergie et leur permet de se rétablir vite à la suite d’une infection. Il s’agit d’une source importante de protéines vitales pour l’organisme. En plus de ces protéines, la viande apporte de précieux nutriments comme le fer, le zinc et les vitamines.
Le corps a besoin de protéines pour développer des muscles, des os et une peau saine, ainsi que pour produire des hormones et pour synthétiser les vitamines. La viande contient du fer hémique qui est plus facile à absorber que le fer contenu dans les légumes et les légumineuses. Le zinc aide le système immunitaire à fonctionner correctement, tandis que les vitamines B régulent le système nerveux et créent de l’énergie.

Consommation de viande et santé

Comme dans toutes les régions islamiques, le taux de consommation de viande est élevé dans les régions sahariennes. Une famille sénégalaise mange en moyenne un repas constitué de viande par semaine. Ce taux est bénéfique à la fois pour leur santé et pour l’environnement. Des études ont démontré que réduire la consommation de viande permettrait de libérer plus d’un million de kilomètres carrés de terre cultivable et 27 millions de kilomètres carrés de pâturages, qui pourraient alors être utilisés pour fixer une grande quantité de carbone au fur et à mesure que la végétation repousse. Un apport normal et équilibré en viande réduit les risques d’obésité et d’attaque cardiaque provoqués par des taux de graisse trop élevés dans l’organisme.

©1998-2017 ICVolunteers|system mcart|Mis à jour: 2014-02-24 09:15 GMT|Notre politique|