Version Imprimable


Contexte

Utilisation des technologies

Les technologies de l’information et de la communication ont un rôle important à jouer pour les populations du Sénégal et du Mali, mais les applications spécifiques doivent être adaptées aux besoins et moyens locaux (ex : faible niveau d’alphabétisation et utilisation des langues locales). Étant donné le taux d’alphabétisation relativement bas dans la plupart des cas et la forte tradition orale avec utilisation des langues locales, les moyens de communication les plus communs restent la conversation directe (que ce soit à travers les rencontres entre agriculteurs, éleveurs, etc. ou les conversations par téléphone mobile) et les radios communautaires. En plus de donner aux agriculteurs, éleveurs et pêcheurs la capacité d’acheter et vendre des produits plus efficacement et d’en tirer un meilleur bénéfice, un accès aux services SMS et Internet serait d’une utilité considérable pour eux. Néanmoins, on constate qu’internet est peu utilisé.

Les informations récoltées à travers l’étude de terrain indiquent que les téléphones mobiles ainsi que la radio communautaire sont les moyens de communication actuels les mieux adaptés. Lorsqu’il est accessible, Internet constitue également une source importante d’information. Toutefois, alors que beaucoup de cybercafés ont vu le jour dans des grandes villes au cours de la dernière décennie, l’utilisation d’Internet dans les zones rurales du Sénégal et du Mali reste marginale. Cela peut évoluer au cours des prochaines années, avec le développement de nouvelles applications Web mobile adaptées (informations concernant la météo, les marchés et la santé des animaux transmises par un téléphone portable).

Environnement en mutation

Les téléphones mobiles en Afrique de l’Ouest

Place de la radio communautaire

Quand ICVolontaires a d’abord commencé son travail à Tombouctou en 2002, un cyber café était disponible, mais il n’y avait aucune couverture de téléphonie mobile. Aujourd’hui, beaucoup d’éleveurs utilisent des téléphones mobiles dans le désert et se servent de panneaux solaires pour les recharger.

Ces chiffres fournissent des indices révélateurs quant au développement des technologies et l'usage des téléphones portables qui a littéralement explosé au Mali et au Sénégal ces dernières années.

Langues et éducation

Au Sénégal la population parle les langues suivantes : français (officiel), balanta-ganja, hassaniyya, jola-fonyi, mandinka, mandjak, mankanya, noon, pulaar, serer-sine, soninke et wolof. En 2002, le taux d’alphabétisation est estimé à 39.3%, soit 51.1% pour les hommes et 29.2% pour les femmes. Sont considérées comme illettrées ou analphabètes les personnes de plus de 15 ans qui ne savent ni lire ni écrire.

La population malienne parle les langues suivantes : français (officiel), bambara (bamanankan), bomu, arabe hasaniyya, maasina fulfulde, mamara senoufo, kita maninkakan, koyraboro senni songhay, pulaard, songo, soninke, syenara senoufo, tamasheq, tieyaxo bozo, toro so dogon, xaasongaxango.. En ce qui concerne le taux d’alphabétisation, il est estimé en 2010 à 31,1%, soit 43,4% pour les hommes et 20,3% pour les femmes.

Données de l'étude de terrain

En ce qui concerne les moyens d’information et de communication, les échanges sur le marché restent le moyen le plus utilisé (65,3 % des répondants). La radio communautaires et les conversations téléphoniques (mobiles) viennent à la suite dans le classement avec respectivement 33,9 et 29 %. Seulement 10,5 % des sondés ont indiqué recevoir de l’information via SMS, 2,4 % via Internet dans des cybercafés et 1,6 % via Internet à domicile. 38 % ont indiqué utiliser les outils technologiques tels que la téléphonie mobile et Internet plus d’une fois par jour et 31 % une fois par jour. Les personnes interrogées sont 72 % à y avoir recours une fois par semaine ou plus ce qui démontre l’importance du maintien et du développement de ces outils.12  % de ces personnes n’utilisent jamais ces outils.

91 % des personnes ont indiqué échanger des informations sur leurs pratiques agricoles (culture, élevage et pêhce). Ces échanges se font majoritairement de vive voix (87,8 %), puis au moyen du téléphone portable avec une préférence pour les conversations « voix » (26,7%) sur les échanges SMS (16 %).

Pour ce qui est des informations que les répondants jugent utiles de recevoir, les plus citées sont les prix du marché et les conditions météorologiques (69 et 51 % respectivement). Parmi les autres catégories d’informations utiles figurent la santé animale et les bonnes pratiques agricoles pour diverses cultures (environ 47 et 43 %).

Abonnements de téléphones mobiles par pays (Source: UIT)

Pays En 2003
(000s)
En 2008
(000s)
Augmentation
en 5 ans en %
Ratio téléphones mobiles / lignes fixes
Mali 247.2 3'439.0 13.91 42.4:1
Sénégal 782.4 5'389.1 6.89 22.7:1
Afrique du Sud
16'860.0 45'000.0 2.67 10.2:1
Espagne 37'219.8 49'677.5 1.33 2.5:1
Suisse 6'189.0 8'896.7 1.44 1.8:1
France 41'702.0 57'972.0 1.39 1.7:1
Etats-Unis 160'637.0 270'500.0 1.68 1.7:1

Disponibilité d'Internet en 2008 (Source: UIT)

Pays Abonnés
(000s)
Abonnés par
100 hab.
Utilisateurs
(000s)
Utilisateurs
par
100 hab.
Mali 10.1 0.08 200.0 1.57
Sénégal 48.1 0.39 1'020.0 8.35
Afrique du Sud 3'566.0 7.51 4'187.0 8.43
Espagne 9'135.8 20.54 25'240.0 56.74
France 18'700.0 30.14 42'315.4 68.21
Etats-Unis 72'721.0 23.56 230'630.0 74.00
Suisse 2'780.0 36.86 5'806.8 77.00
Monde 528'035 8.32 1'587'419.8 23.44


©1997-2017 ICVolunteers|system mcart|Mis à jour: 2014-02-24 09:15 GMT|